Les candidats du Front de Gauche dénoncent le scandale de la banque HSBC

 

HSBC Lorient

Avec une quarantaine de militants à Lorient, les candidats du Front de Gauche aux élections départementales sont intervenus devant la banque HSBC qui a soustrait 180 milliards d’euros à l’impôt via une filiale suisse. Pour le Front de gauche et ses candidats, les banques doivent être au service des territoires, de l’activité utile, et pas des actionnaires.

 Distribué aux passants, un tract rappelait que l’évasion fiscale coûte chaque année 60 milliards d’euros à l’Etat et dénonçait la dérive des banques qui détournent notre argent au profit de leurs actionnaires au lieu de financer l’activité utile.
Aux élections départementales le Front de gauche présente des
candidat-e-s  qui :
 
  • Luttent contre la finance.
  • Revendiquent la nationalisation des banques pour répondre aux besoins des populations dans les territoires.
  • Soutiennent le peuple grec contre la Banque Centrale Européenne.
  • Défendent des politiques alternatives à l’austérité.

image_pdfimage_print

Touches pas à mon Rigado !

La pratique de la pêche à pied pratiquée sur la petite mer de Gâvres est un sujet sensible pour ses riverains. Il l’est particulièrement depuis l’annonce ce printemps d’un projet de réensemencement de coques, aussi dénommés localement Rigado ou Régado par ses nombreux amateurs.

Photo Ouest France
Photo Ouest France

C’est un avis de tempête très localisée qui s’annonce sur la petite mer de Gâvres. En cause, le projet de réensemencement de coques porté par le Comité Départemental des pêches du Morbihan (CDPM 56), organisation professionnelle de droit privé reconnue d’utilité public et à ce titre soutenue par la préfecture de région.

Ce projet se heurte à l’hostilité des usagers de la petite mer.

Déjà, dans les années 20, les femmes des alentours s’étaient mobilisées à plusieurs reprises contre ces tentatives qui limitaient l’accès à la ressource des familles pauvres. Ces familles qui trouvaient là un petit revenu.

Ce projet prévoit, dans un premier temps, l’apport de 20 tonnes de coques sur une surface de 3% de la petite mer, réparti sur 2 sites qui seront ensuite interdits à la pêche pendant 3 années. A terme, c’est 200 tonnes de coques qui seront introduit sur ce site.

Cette opération consiste, selon le CDPM 56 à redynamiser l’un des principaux sites classé de pêche à pied du Morbihan, autant au profit des pêcheurs professionnels qu’aux pêcheurs plaisanciers.

Cette présentation du projet est vigoureusement contestée par le maire de Gâvres, Dominique Le Vouedec, à la tête du collectif Touche pas à mon Rigado !, collectif qui regroupe élus et pêcheurs plaisanciers.  Déjà, en août 2013, un référendum, sans valeur juridique, s’était prononcé majoritairement contre ce projet car perçu comme une privatisation, de fait, de la petite mer  au profit des pêcheurs professionnels. Cette consultation a précédé une mobilisation, cet été, qui a rassemblé plusieurs centaines d’opposants. Le Préfet de la région Bretagne a néanmoins validé et confirmé ce projet.

Pour justifier ce projet, le CDPM 56 s’appuie sur la très faible ressource actuelle en coques, qui a diminué de moitié depuis 2012, conjuguée à l’absence inquiétante de juvénile depuis 3 ans. Le CDP affirme vouloir défendre les intérêts des pêcheurs professionnels au bord de la faillite.

Baisse confirmée par le collectif Touche pas à mon Rigado !, depuis le développement d’une pêche intensive par les professionnels dès 2003 et la délivrance en nombre de licences d’exploitation permanente (jusqu’à la fin d’activité du titulaire). Avant 2003 et la découverte d’un gisement de coques il y a quelques années côté Gâvres, la pêche se pratiquait de manière raisonnée et permettait le renouvellement naturel des coques.

La demande du collectif est d’arrêter ce projet pour s’accorder une période d’observation afin d’établir un diagnostic précis et d’identifier les causes objectives de cette baisse de ressource. Il voudrait s’assurer que l’équilibre et la biodiversité du site ne seraient pas rompus avec cet apport. En effet, il redoute l’intrusion d’agents pathogènes et une colonisation du site par d’autres coquillages (moules, palourdes, . .).

Enfin, pour les riverains, le risque est l’extension des zones d’expérimentation avec comme visée finale la globalisation de l’exploitation du site. Ce serait, de fait, une privatisation du domaine public maritime.

Soutenu par les municipalités voisines et le Peuple des Dunes, le collectif Touche pas à mon Rigado !, propose également la constitution d’un comité de pilotage réunissant tous les acteurs en vue d’établir un plan de gestion de ce site naturel.

Ce dossier pose la question de la gestion des ressources d’un site naturel très fragile. L’emploi et l’appât du gain ne peuvent être les seuls critères à prendre en compteLa pêche à pied est aussi devenue un loisir de masse et l’avenir de ce site dépend de tous les amateurs de coques. Une règlementation existe en matière de pêche de loisir mais qui la connaît en dehors des habitués ?

Depuis, le préfet de région à confirmé la poursuite de délivrance de licence.

image_pdfimage_print

Départementales : une étape vers une alternative de gauche

Chaleureuse ambiance au Palais des Arts de Vannes, en cette fin de matinée du samedi 31 janvier. Ils étaient presque tous là, les candidates et les candidats soutenus par le Front de Gauche du Morbihan. Ambiance fraternelle, mais aussi combativité, celle dont les morbihannaises et morbihannais ont besoin pour changer de politique et emprunter le chemin du progrès social. Car le tableau n’est pas reluisant. Qu’il s’agisse de la politique gouvernementale toute tournée vers l’accompagnement des ultra-libéraux. Ou qu’il s’agisse de l’exécutif départemental qui ne cesse d’affaiblir les services publics au profit de quelques aventures de prestige tournées vers les mieux lotis.

!cid_943EFEA5-575D-402E-B993-6587A31529DC@home
La plupart des candidates et des candidats soutenus par le Front de Gauche

Pour Joël Gallais, qui présentait les candidats et les objectifs du Front de Gauche du Morbihan, cette campagne pour les élections départementales des 22 et 29 mars prochain se déroule dans un contexte nouveau : « La victoire de Syriza a ouvert une immense espérance en Grèce, en Europe, en France, pour tous ceux qui refusent les politiques libérales austéritaires. Elle donne le signal qu’il est possible de gagner une majorité pour construire une société solidaire basée sur l’Humain d’Abord. Elle montre qu’il est possible de changer les gouvernements en place et d’ouvrir la voie à une autre politique. »

Joël Gallais
Joël Gallais

Après les événements terribles de ce mois de janvier et la réplique populaire qu’ils ont engendrée, cette situation nouvelle doit permettre d’orienter le fort mécontentement du peuple de France vers les projets de justice et solidarité. « Dans le contexte français où le mécontentement, la déception, la colère, se traduisent par l’abstention massive aux élections et par une poussée du vote FN, poursuit Joël Gallais, nous appelons les citoyens et les forces de transformation à faire de ces élections un moment fort de rejet des politiques d’austérité et de construction d’une alternative de gauche. »

Rompant avec la pratique dépassée des candidatures venues des états-majors des partis politiques, le Front de Gauche construit ses listes et ses projets avec la population : « Dans le Morbihan, le Front de gauche présentera des listes dans tous les cantons. Ces listes sont construites avec la population, élaborées dans des assemblées citoyennes de canton. Cela ne va pas de soi dans un contexte où tout est fait pour dégouter les citoyens de politique. Nous relevons le défi et nous présentons aujourd’hui nos candidats dans 14 cantons, qui seront complétées lors des assemblées citoyennes qui doivent se tenir dans les 2 semaines qui viennent. »

SDC15217SDC15243

Mais déjà, l’aspiration des femmes et des hommes de gauche à davantage de débats, d’échanges et de rassemblement traverse les réflexions des militants et des sympathisants du Front de Gauche. Cette conception rassembleuse et enrichissante est en marche, « Parce que le Front de gauche a aujourd’hui besoin de s’élargir, de s’ouvrir largement sur la société, nous avons pris le parti de constituer des listes de large rassemblement sur des contenus anti-austéritaires, solidaires, écologistes. Dans ces listes nous compterons nombre de citoyens non engagés dans un parti politique, des écologistes avec par endroit des accords avec EELV, des adhérents de Nouvelle Donne, des socialistes en désaccord avec la politique gouvernementale. Ainsi nous préfigurons les contours d’un nouveau rassemblement à vocation majoritaire porteur d’une véritable alternative de gauche à la politique actuelle. »

Alexandre Scheuer, avant de présenter les principaux axes de la campagne du Front de Gauche, revient sur le succès de Syriza. Il fustige la tentative de récupération de cette victoire du peuple grec par le parti socialiste de France. « Eh bien moi, si j’étais socialiste, je voterais Front de Gauche. » Et Alexandre Scheuer d’en expliquer la logique : « Je voterais Front de Gauche car le 1er axe de notre bataille sera le rejet de la politique d’austérité mené par la majorité, sous l’injonction de l’Europe et du MEDEF. Nous dénonçons la baisse massive des dotations aux collectivités locales qui atteindrait 28 milliards d’euro cumulés d’ici 2017, dont une ponction de 2 milliards sur les départements. »

2015-01-31_FDG56_AlexandreScheuer01
Alexandre Scheuer

Le refus de la réforme territoriale à marche forcée est le deuxième axe de la campagne des candidats du Front de Gauche. Alexandre Scheuer accuse le pouvoir d’organiser « la remise en cause des communes et des départements, le renforcement du pouvoir des instances éloignées des citoyens que sont les intercommunalités et des métropoles, le redécoupage à la hache des régions. » En défendant la pertinence des échelons départemental et communal, « nous ferons le choix de la coopération entre les territoires plutôt que la concurrence et nous veillerons à la proximité entre les élus et la population. »

Ce projet du Front de Gauche s’inscrit parfaitement dans la visée d’une nouvelle République démocratique : « Il est temps d’aller vers une VIe république qui redonne le pouvoir au peuple, instaure la proportionnelle à toutes les élections, accorde le droit de vote aux étrangers et mette fin au cumul des mandats ».

 

Les thèmes forts du programme départemental :

Défense du service public, notamment en milieu rural, et particulièrement des hôpitaux de proximité. Nous agirons pour un service public de l’eau.
Plan d’urgence contre la pauvreté et la précarité, en faveur du logement social.
Environnement : soutien au logement collectif et non consommateur d’énergie, aux transports en commun, aux énergies renouvelables. Développement des filières non polluantes de gestion des déchets.
Emploi : aides aux entreprises strictement conditionnées à des critères d’emploi, critères sociaux, critères environnementaux. Soutien à l’Economie Sociale et Solidaire, à l’installation des jeunes agriculteurs, à la pêche artisanale, aux filières locales durables.
Défense de nos atouts industriels et des filières économiques, notamment la construction navale et STX.
Ecole : agir pour la construction de collèges publics à Elven et Guidel, nous donnerons priorité à l’école de la République.
Transports : renforcer la desserte ferroviaire, les transports collectifs, le ferroutage, le transport maritime.
Arrêt du subventionnement ,et du projet de l’aéroport de Notre-Dame-Des-Landes
Desserte des îles du Morbihan dans le cadre d’une gestion directe de service public.
Démocratie : associer les citoyens aux candidatures, à l’élaboration des programmes, aux interventions des élus. Revitaliser les structures de concertation des usagers, associations, syndicats. »
image_pdfimage_print

CCBBO, la «Redevance incitative» est-elle punitive ?

Pour 2015, citoyens, encore un effort : payez  plus !

Les élus du Conseil Communautaire de la CCBBO ont adopté le 4 décembre 2014, à l’unanimité,  la nouvelle grille tarifaire 2015 pour les ordures ménagères. Cela se traduit par les caractéristiques suivantes :

Une augmentation de l’abonnement de base de 29,59 € à 67,65 € , soit + 128, 62 %
Une stabilisation du tarif complet pour seulement 13 levées.
Une augmentation des tarifs pour les levées supplémentaires.

 L’art de la  supercherie et de la propagande   !

En 2012 : on passe de la TEOM ( Taxe d’Enlèvement des Ordures Ménagères) à la REOM (Redevance d’Enlèvement des Ordures Ménagères – appelée redevance incitative) ce qui conduit à une hausse très importante du coût.

En 2014 : on a une augmentation supplémentaire (du fait de celle de la TVA en 2013).

La CCBBO dit (délibération page 9): c’est «une diminution de la redevance pour tous les usagers avec un effort plus important pour les extrémités de la grille :
bac 80 l (personne seule) – 4,16%
bac 340 l (familles nombreuses) – 8,55%.
Avec une baisse de 1,32 €(80 l) ou de 0,39 € (180 l) sur 1 an, mesurons tout le sens de la mesure ou de l’humour ( involontaire!) de nos élus !

La CCBBO parle d’une diminution de la redevance pour tous les usagers , alors que , on note :
Une augmentation des tranches pour les levées supplémentaires :
de 14 à 16 levées, la hausse moyenne est de +5,2 %
à partir de 17 levées, la hausse moyenne est de 10,4 %.
Pas de tarification en-dessous de 13 levées : Comme l’a confirmé Elodie Le Floch , vice-présidente de la CCBBO, à une famille de Kervignac qui avait réalisée 9 levées en 2014 donc des efforts de réduction des déchets et demandait une réduction du bac et donc de la redevance :la redevance incitative devient punitive car il n’y a …
Pas de possibilité de changement de bac : alors que cela serait la suite logique du slogan antérieur de la CCBBBO : JE PAIE CE QUE JE JETTE ! , la réduction du volume des bacs n’est possible qu’en cas de modification familiale.
Le paiement de la déchetterie par tous : la baisse de la grille à 13 levées est consécutive à l’extension, via le tarif de base, du paiement de la déchetterie par tous.

Donc contrairement à ce qu’affirme la CCBBO ( page 4, journal du tri n° 15) : «Une redevance transparente pour un service rendu».

Pour nous…c’est l’opacité !

Face aux affirmations répétées et péremptoires des élus , la baisse pour tous (pages 9, 11, et 12 de la délibération) n’est pas du domaine du réel ! Pour 2015, continuerons-nous à croire aux contes de fées que nous racontent des élus de l’exécutif CCBBO ?

D’autant que le minimum d’honnêteté intellectuelle consiste à maintenir des éléments comparables : entre 2012 et 2013, on est passé de 52 relevages à 13 relevages annuels.

Ou est passé le service rendu ?

Les fondamentaux de la création de la redevance «incitative» ( article 46 d de la loi n°2009-967) prévoient que la part variable incitative doit prendre en compte la nature et le poids et/ou le volume et/ou le nombre d’enlèvements.

Les citoyens ne peuvent «jouer» que sur la variable du nombre de levées (avec un minimum de 13) et non pas sur le volume (interdiction de changer de bac). Ce changement est  interdit pour des soucis de bonne gestion (soi-disant) et, surtout, de bonne rentabilité de la Délégation de service public (DSP) confiée à la Saur et pas du tout dans un souci écologique .

En résumé, l’augmentation moyenne depuis 2 ans, ne correspond ni à l’augmentation des prix et des services (+ 0,3 % en 2014) , ni à celle des revenus, et encore moins à celle des salaires et retraites de la majorité de la population. Elle illustre une volonté unanime des élus de poursuivre une politique d’austérité à l’égard de la population.

 La Redevance «incitative» : une imposition «juteuse» :

La redevance incitative (REOM : Redevance d’Enlèvement des Ordures Ménagères) est une imposition comme les autres. Peu de communes ont fait ce choix car près de 80 % de la population française restent soumis à la TEOM (Taxe d’Enlèvement des Ordures Ménagères) qui est accrochée  aux impôts locaux.

Mais la redevance offre un autre avantage majeur : elle touche un plus grand nombre de foyers. Ainsi, la CCBBO, avec une population de 17 325 habitants a 9 115 foyers fiscaux dont seulement 5 763 imposables (1). Alors que les «foyers poubelles» (bac pucés)» sont au nombre d’environ       8 000 selon les chiffres de la CCBBBO.

Il paraît plus intéressant de s’en tenir à un discours écologique moralisateur plutôt que de s’interroger sur les effets de la crise sur les foyers fiscaux disposant de moins de 10 000 € de revenus annuels (soit 833 € par mois , et donc, en dessous du seuil de pauvreté).

Lesquels atteignent 13,8 % à Kervignac, 15,6 % à Merlevenez et 18,6 % à Plouhinec et ce alors que  le nombre de foyers fiscaux disposant de plus de 100 000 € annuels de revenus augmente chaque année, y compris dans la CCBBO, (en 2013 : 41 à Kervignac)…

Les élus sont également auto-satisfaits des taux d’imposition (taxe d’habitation) des communes de la CCBBO qui se situent aux premiers rangs du Morbihan : Sainte-Hélène record absolu 23,34 % suivie par Plouhinec: 22,38 %, Nostang 20,68 %, Merlevenez 19,05 % , Kervignac 19,3 % . Aucune commune des agglomérations de Vannes et de Lorient n’atteint ces taux.

Et le service rendu ? Réduit au strict minimum !!!

A Muzillac, 300 manifestants contre la facturation.
A Muzillac, 300 manifestants contre la facturation.

L’unanimisme des élus : symptôme du vide de la pensée :

Ainsi, le Conseil Communautaire qui a validé, à l’unanimité, sans abstention , ni vote contre , ni refus de vote ce projet de grille tarifaire soumis au débat a montré un grand courage !Ainsi tous les élus qu’ils se réclament de l’UMP, du PS, des divers droites sont d’accord pour une saine gestion cynique sur notre dos (2). Il est sain de remarquer que les populations du Morbihan confrontées à ce type d’imposition : Questembert, La Roche-Bernard, Muzillac réagissent avec beaucoup d’hostilité aux diktats des élus.

 Démocratie…où es tu ?

 

Les amis et partisants du Front de Gauche des Pays d’Auray et de Port-Louis . Contact : apfgpap@yahoo.fr

 

(1) source : www.impots.gouv.fr : la moyenne de la population imposable est de 62,22 % à la CCBBO, de 57,09 % dans la Morbihan et de 56,17 % en Bretagne et de 52,06 % au niveau national.

(2) Il en est de même des nouveaux élus , issus de l’association des usagers CUCCBBO, qui après avoir promis « transparence, concertation, équité » sont devenus autistes et muets par contagion avec le pouvoir.

 

image_pdfimage_print

«J’ai pas voté» !

39 % d’abstention aux municipales, 56 % aux européennes ! Des millions de citoyen(ne)s peuvent dire : «J’ai pas voté» ! Et Vous ?

Image j'ai pas votéProjection-débat :
J’ai pas voté
réalisé par Moise Courilleau et Morgan ZAHND

Ce documentaire présente une analyse politique des causes de cette abstention grandissante,  mais il propose aussi des solutions possibles.
A l’initiative de l’APFGPAP, le documentaire de Moïse Courilleau et Morgan Zahnd sera projeté à 20h et sera suivi d’un débat qui permettra de revenir sur les différents thèmes abordés : Défiance des citoyens, promesses non tenues, taux d’abstentions niés, montée du FN, référendum, démocratie représentative, cumul des mandats, professionnalisation de la politique, tirage au sort…

Vendredi 30 janvier 2015, 20h
Salle L’Artimon LOCMIQUELIC

 

image_pdfimage_print

Le Front de gauche appelle aux manifestations citoyennes de ce week-end

je suis

La douleur face au meurtre politique de nos amis de Charlie Hebdo et des policiers qui les protégeaient reste immense. Nous sommes dans le temps du deuil mais nous espérons que leurs assassins seront vite rattrapés et jugés.  Mercredi nous étions aux rassemblements spontanément organisés. Le FDG appelle naturellement aux marches citoyennes de ce week-end dont celle de Paris entre République et Nation.

Nous manifesterons en hommage à l’équipe de Charlie Hebdo, en solidarité avec leurs proches, leurs collègues et leurs amis. Nous manifesterons au nom de la liberté d’expression et des valeurs défendues par l’équipe de Charlie Hebdo car ce n’est pas n’importe quel journal qui a été attaqué. C’est un journal qui, fondamentalement, s’oppose à l’ordre établi avec une arme, l’humour et la dérision. C’est pourquoi nous manifesterons en refus de tous les racismes, pour l’égalité contre les discriminations, pour une laïcité émancipatrice et la liberté de conscience.

Cette marche est une réplique républicaine contre l’obscurantisme et les intégrismes religieux d’où qu’ils viennent. Le Front de gauche condamne toutes les tentatives d’assimiler les musulmans vivant en France à ces actes terroristes. Les forces qui prônent l’exclusion et la xénophobie n’y ont donc pas leur place à commencer par le FN. Ce serait insulter la mémoire de nos amis.

Nous sommes des Charlie et nous le resterons.


Rassemblements dans le Morbihan
Dimanche 11 janvier 2015 à 15 heures


Marche silencieuse derrière la banderole
Pas de drapeaux ni banderoles particulières, une seule banderole pour la marche sera acceptée :

« Refusons et combattons toutes les idéologies de haine »

 

LORIENT : Place Rouge (entre l’Hôtel de ville et les Impôts)
Parcours : départ de la place rouge, avenue du Général Leclerc, Place Alsace Lorraine pour se diriger vers le monument aux morts où elle se terminera.

VANNES : Esplanade du Port (La Rabine)
Parcours : Le Port, la Mairie, rue du Mené, les remparts et retour sur l’esplanade du Port, applaudissements et fin de la marche. La banderole sera portée par les jeunes.

image_pdfimage_print

Le Front de gauche est Charlie

5391455

Face à l’attentat meurtrier contre Charlie-Hebdo, une réaction démocratique et populaire s’impose ! 

Communiqué du Front de gauche, Paris, 7 janvier 2015

L’attentat meurtrier contre Charlie-Hebdo nous frappe de stupeur. Plus d’une dizaine de morts dont les dessinateurs Charb, Wolinski, Cabu et Tignous ! Notre première pensée va aux familles et aux proches des victimes. Le Front de gauche leur apporte sa solidarité pleine et entière.

Cet acte barbare ne doit pas être laissé sans réaction. Il frappe un organe de presse. Quels qu’en soient les auteurs, c’est à la liberté de la presse qu’ils ont voulu s’en prendre. C’est donc à notre liberté de penser qu’ils ont voulu s’attaquer. Ce sont les libertés démocratiques qu’ils veulent mettre en cause. Ils ne réussiront pas à nous intimider.

Face à cet acte odieux, il faut une réponse qui mobilise tous les démocrates, une réponse qui montre que nos concitoyen-nes refusent d’être entrainés dans la spirale de la peur, une réponse qui affirme, face au terrorisme, que la France est riche de sa diversité, fière de la liberté d’opinion qui y règne. Face à la terreur, il faut répondre par plus de démocratie, plus de fraternité et de tolérance.

C’est pourquoi le Front de gauche appelle tous les forces démocratiques à réagir. La CGT appelle à se rassembler ce soir à partir de 17h, Place de la République à Paris. Le Front de gauche appelle à y être massivement présent.

 

image_pdfimage_print